Skip to content

INTERVIEW : HERVE TROUILLET

mai 25, 2009

hervé_trouillet Hervé Trouillet est un jeune français virtuose de l’animation vectorielle . Ses petits films d’animation m’avaient époustouflé lorsque je les ai découvert sur internet en 2003. J’ai immédiatement senti que ça serait un auteur sur qui il faudrait compter, et j’ai suivi son parcours depuis.
Sa détermination à mettre sur pied son long métrage Citéria est devenu plus concret en 2006 avec la mise en ligne de http://www.citeriathemovie.com/ . Ce site prouvait qu’Hervé commençait à faire parler de lui. Depuis, plus rien … du moins sur le net.  Ce long silence m’a poussé à contacter RV pour en savoir plus.

(Les questions qui suivent prolongent en quelques sortes celles publiés sur les excellents sites spécialisés  Animeka et 3DVF. Je vous invite à les lire avant de vous plonger dans mon interview : Animeka & 3dvf )

Hervé, peux tu te présenter et revenir sur ton parcours ?

img_18 Bien sur, j’ai commencé l’animation en 98 comme stagiaire passionné !
Sans formations particulières pour l’animation, et avec un BTS Expression Visuelle en poche, j’ai comme beaucoup d’autodidactes assimilé et digéré le travail à ma façon.
De là, sont naturellement apparus des constats, ou plutôt, des idées pour aborder l’animation différemment, c’est aujourd’hui ce qui me caractérise.

Où en es tu professionnellement aujourd’hui ?

J’ai eu la chance de pouvoir faire ma première « vrai » réalisation ces deux dernières années.
Une série 52×13 en Full 3D pour France 3 et Canal J en Co production avec le studio Coréen SamG qui se nomme : Linus & Boom.

img_0

Je dis « vrai » réalisation, dans la mesure où c’est une réalisation professionnelle dans le sens le plus strict du terme. Cela dit, là aussi ma « vision » transversale du travail a quelque peu débordée du cadre traditionnel de la série, je remercie en passant Natalys Raut-Sieuzac de m’y avoir aidé.

img_45

Pour dire vrai, bien que j’ai  eu énormément de plaisir à fabriquer cette série, je l’ai fait dans le but de crédibiliser ma position pour avoir davantage d’oreilles attentives par la suite : pour ma conviction première…

img_205

img_126

Où en est ton gros projet "Citéria" ? Le site ne donne pas de news depuis longtemps, pourtant des sponsors ont l’air d’avoir été convaincus ?

logo_citeria

Citéria fait parti justement de la première pierre à ce dont je crois et veux faire. J’ai dû bien évidemment laisser de côté ce projet pour travailler sérieusement sur Linus & Boom, mais il est temps maintenant de me reconcentrer sur mes projets.

Convaincre des gens sur Citeria est complexe, il y a une situation dans le monde de la production qui ne permet que très rarement à des projets comme celui-ci de voir le jour.
Et je crois qu’il faut que ça change !



D’où te vient l’idée de "Citéria" ?

Rien de bien vraiment original dans la démarche, je pense que c’est un peu pareil pour tout le monde ? Les idées me viennent de ce que je ressens, je vois,  je lis ou j’entends. Il faut comprendre que pour moi le cinéma, comme la série, est un moyen de communication. Ce qui m’intéresse s’est de m’interroger sur nous. Ce que j’aime plus particulièrement c’est de tirer des perspectives sur un travers ou plutôt une tendance de notre société.

Citeria%20Andreas Citeria%20Faust

Citéria donne corps à ceci, c’est l’extrapolation, l’anticipation de deux phénomènes hautement additifs que sont notre envie de plaire, avec en totem la chirurgie plastique, et notre addiction et fascination pour la technologie. En reliant les deux le cocktail devient explosif.

Imaginez un monde où l’on vous offre la possibilité de vous « Up grader », où on vous propose d’être et de devenir un « sur homme » à l’image d’un super héros mais qui serait devenu le standard. Jusqu’où pourrait on aller ? Et jusqu’où cela pourrait nous amener ?

Comment crées tu tes personnages ?

CITERIA%20amalianew Citeria%20Urs

Alors là, je vais peut-être heurter quelques puristes, mais je trouve qu’il y a une forte tendance en France à vous apprendre à être original à tous prix ! Je veux dire par là : faire des choses qui n’ont jamais été faites…
Or, si je suis bien d’accord avec l’originalité je crois que d’essayer de fabriquer sans s’inspirer et digérer ce que l’on aime vraiment revient un peu à vivre son avenir sans les bases de notre passé. Pour exemple toutes les grandes personnalités dans le monde, ont, ou ont eu, une inspiration, exemple pour ne citer que lui Miyazaki avec Paul Grimault

urs-dec2

C’est pourquoi j’essaye de n’avoir aucun complexe avec ce que je dessine. Je fais les choses comme je veux qu’elles soient par rapport à ce que je raconte plutôt que de m’imposer en amont cette règle qui au final va cloisonner l’esprit.
Evidemment, ça va de soit, mais se décomplexer ne veut en aucun cas dire se dédouaner !!

Quoi qu’il en soit, un personnage graphiquement n’est, et ne reste qu’une coquille vide. C’est en lui donnant corps à travers l’ensemble des éléments qui le constituent (mouvement, posing, accessoire, caractère…) qu’on va lui donner vie et finalement sa vraie forme.

untitled5

Concrètement et pour faire un parallèle avec la réalité : ce n’est pas parce que vous avez la même forme de visage que quelqu’un que vous êtes la même personne. Sinon, cela reviendrait à dire que Julien Lepers a toujours été Batman ! Arf !

Peux tu nous décrire ton processus créatif, de l’idée à sa réalisation en mouvement ?

Il y a deux phases, en tous cas chez moi, qui sont presque aux antipodes de mon processus créatif.
Là encore, je ne sais pas si c’est très original mais disons que ce qui pourrait vraiment me qualifier, c’est une sorte de pragmatisme strict couplé à ce monde d’imaginaire qui est ancré en moi depuis toujours. Hmmm… ce n’est pas très clair là…  Bon alors, pour l’être davantage, je pense que je suis un rêveur éveillé.  J’aborde une idée automatiquement à la fois du point de vue artistique que pragmatique.
Cela parait assez schizophrène mais en réalité ça me permet d’être beaucoup plus créatif je crois. C’est dans la contrainte que née la créativité.

Excelsior
Bref, tout cela se traduit par une phase de réflexion (assez frustrante puisque j’ai l’impression de ne pas avancer) puis, seulement dans un deuxième temps, une phase de pure fabrication acharnée faisant beaucoup moins appel à l’esprit mais incontestablement à l’instinct.
Je ne réfléchis plus lorsque je fabrique et je suis incapable de fabriquer lorsque je réfléchis.


Tu as écrit le scénario également ?

Oui, c’est une partie que j’ai dû faire… Beaucoup moins à l’aise avec la sémantique, j’ai beaucoup appréhendé cette partie totalement indissociable et cruellement importante d’un film. J’y ai quand même trouvé un très grand intérêt. Cela dit, je me suis appuyé sur d’autres personnes, d’autres regards, pour me donner une sorte de recul sur ce que je racontais.
Un très bon ami, Nicolas Romain m’a beaucoup aidé dans cette étape et bien d’autres encore.

untitled2

L’écriture bien que très personnelle doit, je crois, elle aussi se mutualiser pour transcender nos idées. Je conçois que d’autres affirment le contraire, je pense d’ailleurs qu’il y a des artistes avec une telle profondeur qu’il est impossible de les fractionner. Cela dit, ma façon de voir les choses me pousse à croire à la diversité des idées et au fait que l’on peut très bien construire quelque chose d’aussi captivant artistiquement dans ces conditions.

Si je devais aller plus loin, je dirais qu’il y a deux façons de chercher l’inspiration : au plus profond de soit, ou en se nourrissant des liens avec les autres. Pour moi c’est la deuxième vous l’aurez compris.


Tes sources d’inspirations principales ? "Blade Runner" en fait parti non ?

Oula, beaucoup trop de choses, tellement tellement de choses. Liste non exhaustive et éclectique comme doit l’être le cinéma : La SF en général ; mais plus précisément Starship Troopers ; Blade Runner évidemment, Terminator, Matrix (le premier), Dark City, Alien, Prédator2001, Contact, Ghost in the Shell

untitled4

Mais aussi Tarantino (pas tout mais presque) et cela même s’il y a de grande inspiration de Chang Cheh ; UN grand fan du dernier Batman (bon en même temps c’est facile de ne pas le trouver génialissime celui là tant au niveau visuel qu’au niveau psychologie, aussi caricatural que ce soit) ; Sin City ; La cité de dieu ; Il était une fois en AmériqueLe Bon la Brute et le truand ; Le ParrainAkira ; Lost Highway ;  Grand fan également de Clint Eastwood , Orson Welles ; Sergio Leone ; KurosawaKitano…


Combien êtes vous à travailler sur ce projet maintenant ?

Jusqu’à présent j’étais seul, cela dit, les choses changent ! Aujourd’hui les choses prennent forme et des personnes que j’estime beaucoup m’ont rejoins.

untitled6

Tu accordes une importance particulière à l’ambiance musicale, comment se déroule le travail avec le compositeur ?

C’est très simple, pour moi, le son représente 50 pourcents de l’image.
Négliger le son, c’est enlever autant d’impact visuel. Le travail de la réalisation surtout dans l’animation c’est de « bluffer » l’esprit des gens. Qu’ils croient en ce qu’ils voient même en étant conscients que c’est virtuel. Le son est un leurre très efficace pour « étendre » l’image. Les Américains ont compris depuis très longtemps cet impact et consacrent énormément de temps à cette partie de la production. Je pense qu’ils ont raison.

untitled3

Je travaille en général avec le compositeur comme avec toute personne qui a un rôle clé dans la fabrication. Bien que sensible à la musique, je n’en suis pas pour autant un expert, je ne serais dire pourquoi et comment je pense donner telle ou telle ambiance, c’est mon rôle, d’orienter la narration. Pour autant, une fois ce travail fait, alors c’est au compositeur de jouer, c’est à lui que revient la seule responsabilité d’exercer son talent en toute liberté.
C’est ainsi que j’ai travaillé par exemple avec Guillaume Roussel (beaucoup de talent).


Tu lui donnes des directives ou bien vous échangez beaucoup et il te fait des propositions ?

C’est un échange !


Fin de  la première partie. La suite bientôt …

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :